Pourquoi Dieu n’empêche pas le mal ?

« C’est en vain que l’on crie, Dieu n’écoute pas, le Tout-Puissant n’y a point égard » Job 35:13

• Puisque Dieu est Tout-Puissant, il peut tout : comment alors tolérer qu’il n’intervienne pas pour empêcher les meurtres d’enfants, les génocides et toutes les horreurs qui se commettent chaque jour sur la terre ? Cette question fait écho à celle de savoir pourquoi Dieu nous laisse souffrir alors qu’il est amour. Si Dieu est Amour et qu’il est Tout-Puissant, il ne devrait pas tolérer le mal et il devrait l’abolir par sa puissance.

Cette image d’un Dieu Tout-Puissant qui semble nous abandonner à notre triste sort provient d’une mauvaise compréhension de la Toute-Puissance. Nous l’imaginons comme une force imposée d’en haut qui briserait le mal dans son élan. Mais Dieu a justement choisi un autre moyen pour vaincre le mal : l’Amour.

L’amour c’est d’abord le fait que Dieu a choisi d’être crucifié. Cela notre intelligence ne peut l’accepter mais notre coeur peut le comprendre. Celui qui aime peut donner sa propre vie pour sauver l’être aimé. Nos blessures, nos meurtrissures, nos maladies, notre mort ont été vaincues par le sacrifice de Jésus. Il nous a rachetés des mains du diable pour nous donner la vie en offrant sa propre vie à Satan et en expérimentant la mort.

« Jusques à quand, Maître saint et véritable, tardes-tu à juger, et à tirer vengeance de notre sang sur les habitants de la terre ? » Apocalypse 6:10

• Pourtant, cela n’enlève rien au mal qui se produit sur terre dira-t-on. Mais Dieu s’est révélé à nous comme la victime de notre folie meurtrière et il continue d’être victime chaque fois qu’un innocent est massacré. Cette horreur nous révolte car elle révolte Dieu en nous. Chaque fois qu’une horreur est commise elle interroge le criminel : va-t-il se repentir et choisir à l’avenir l’amour ? Elle interroge aussi ceux qui sont dans la souffrance ou le deuil : vont-ils abandonner leur désir de vengeance, ne pas répondre au mal par le mal mais choisir de pardonner ?

Beaucoup diront que c’est atroce et que cela fait trop de victimes pour un si piètre résultat. Mais ne jugeons pas : les brouillons d’un artiste ne disent rien de l’oeuvre finale. Si le mal était sanctionné automatiquement, la terre serait remplie de morts et de punition. A l’inverse, le pardon libère autant la victime que le criminel, il répand l’amour, une force divine qui ne s’impose pas mais se propose. Si Dieu empêchait l’homme de faire le mal, il lui ôterait aussi sa liberté. A l’inverse, l’amour préserve la liberté.

« Aimez vos ennemis, faites du bien (…) et vous serez fils du Très Haut, car il est bon pour les ingrats et pour les méchants » Luc 6:35

• D’ailleurs, la Toute-Puissance ne se réduit pas à la force. La puissance, au sens propre, est la capacité. Etre Tout-Puissant, c’est être capable de tout faire, c’est avoir toutes les possibilités devant soi. Dans sa Toute-Puissance, Dieu a choisi l’Amour. Parmi toutes les possibilités, il a choisi d’aimer plutôt que de briser, de pardonner plutôt que d’accuser. Dieu est comme l’arbre chargé de fruits : il les donne autant à ceux qui les cueillent avec douceur qu’à ceux qui lui jettent des pierres (Matthieu 5:45).

Ce choix là doit à notre tour nous questionner. Aimer et pardonner malgré le mal et la mort n’est-ce pas le choix divin par excellence ? Certes, cela ne va pas sans de grandes difficultés et de profondes souffrances. Mais comme les douleurs de l’enfantement sont effacées par la joie de voir naître un nouvel être, les souffrances de celui qui aime et pardonne sont effacées lorsqu’il donne naissance en lui au Christ, à un nouvel être d’amour et de lumière.

« Ma puissance s’accomplit dans la faiblesse » 2 Corinthiens 12:9

• Dans notre société contemporaine nous ne reconnaissons socialement que la force du corps (physique) ou la force de l’âme (volonté et intelligence). Nous avons oublié la force de l’esprit qui est celle du coeur et de l’Amour (Romains 5:5). Ce qui est petit nous semble méprisable. Ce qui est sans force n’inspire pas le respect. Pourtant, même le plus petit peut aimer et chacun est digne d’être aimé. Dieu a choisi les choses faibles pour confondre les fortes (1 Corinthiens 1:27).

La Toute-Puissance n’est pas nécessairement  synonyme de violence ou de force. Elle peut aussi se manifester dans l’Amour qui n’empêche pas le mal mais l’appelle à changer. L’Amour est une puissance de transformation. Si Christ vit en nous (Galates 2:20), il est de notre responsabilité de le manifester par l’Amour. C’est de cette façon nous aurons la victoire qui est celle que Jésus a remporté à la croix acceptant d’être crucifié plutôt que de s’imposer par la force divine (Matthieu 26:53).

« Assieds-toi à ma droite, jusqu’à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied » (Psaumes 110:1) est une parole qui est citée sept fois dans la Bible. Cette affirmation de puissance n’est peut-être pas celle à laquelle on songe spontanément. L’ennemi peut être vaincu par l’amour : il viendra déposer ses armes au pieds de celui qui lui a pardonné et qui l’a aimé malgré tout.

Publicités